Accueil  
Contact  

Archéologie 

Patrimoine archéologique du Pallet

Les plus anciennes traces constatées d’occupation humaine sur notre commune datent d’un peu plus de 10 000 ans. Après les dures glaciations, le climat, de façon irrégulière, se réchauffe doucement ; c’est à cette époque que les chasseurs-cueilleurs du Magdalénien supérieur longent la Sèvre et la Sanguèze à la poursuite du gibier (troupeaux de rennes, chevaux, peut-être bisons etc.), à la recherche de baies, racines, bulbes graines ou champignons et aussi sans doute pour trouver des lieux de pêche idéaux.

Ces chasseurs nomades y campent de façon transitoire et ont laissé derrière eux d’importantes traces d’occupation dans les communes avoisinantes (à La Haye-Fouassière avec les sites de Bégrolles , de la Butte du moulin du Breil ou du site de la Guérivière découvert beaucoup plus récemment, à Mouzillon avec le site de la Haie-Pallet ou à Monnières avec le site du moulin du Sacré-Cœur par exemple où l’occupation semble être en partie bien plus ancienne , des études sont toujours en cours pour en déterminer l’ancienneté ).

Au Pallet, le campement voisin de la Haie-Pallet ( situé principalement sur la commune de Mouzillon et découvert en 1878 par Pitre de Lisle du Drenneuc) empiète en partie sur les limites de notre commune : ce qui permet de le considérer aussi un peu comme Palletais ; bien que plus rare, on y trouve également parmi les gros blocs de GABBRO, de l’outillage lithique typique de cette période Magdalénienne : lames, lamelles, burins, grattoirs, perçoirs ; quelques rares outils de la même époque en silex (souvent des alluvions proches), autres roches ou importées d’autres localités (par ex. quartzite grise de Montbert) ont également été découverts, rares et disséminés , toujours principalement le long des rivages de la Sèvre et de la Sanguèze.

Il est notable que l’habitat ou le campement est déterminé par plusieurs facteurs : une position déterminante pour l’observation, se défendre ou chasser donc sur une hauteur ou lieu stratégique, bien exposée au soleil donc plus facilement orientée au sud, la matière première pour la confection d’outils peut être aussi importante, c’est à dire la proximité de roches favorables au débitage, de l’eau et la possibilité de chasser ou pêcher dans les alentours sont également appréciés , un sol bien drainé et peu humide pour le confort .

De l’outillage néolithique (9 000 à 2 000 ans environ) a été mis à jour en plusieurs endroits de la commune : des pointes de flèches à la Mercredière notamment, puis des haches polies assez nombreuses au Pé de Vignard,ou au Pé de Sèvre ( et même de façon très récente, cet hiver 2015 : de l’outillage Néolithique y a été découvert et a été publié) ; on évoque aussi un polissoir au Pé de Sèvre ainsi que une Herminette, ce qui complète donc une certaine continuité dans l’occupation préhistorique .

Puis en remontant le temps vers notre époque contemporaine les découvertes continuent : pièces de monnaies et céramiques romaines, toujours au Pé de Sèvre. Tout près de là, et ce n’est peut-être pas un hasard, se situe le domaine de La Mercredière où fut soi-disant célébré Mercure, le dieu du commerce et des voyages dans la mythologie romaine ; ainsi « mercurii dies » : le jour de mercure, en l’occurrence le MERCREDI, aurait donné son nom à la MERCREDIERE ! La relation entre tous ces éléments est probablement à chercher du côté de la voie romaine qui aurait traversé notre commune et dont il resterait sans doute un vestige de pont sur la Sanguèze …

Il est intéressant aussi d’évoquer l’avis suivant : on a émis l’idée que la butte de l’ancien donjon du château près du Musée du Vignoble pourrait avoir été auparavant un oppidum gallo-romain (Parenteau 1874, Société Archéologique de Nantes ) sur une position somme toute fort stratégique. Des investigations archéologiques en 2006 n’ont pas permis de lever le doute sur l’origine de cette butte. De même la grande ferme, villa romaine ou palais wisigoth supposés avoir été bâtis au Pallet mais qui n’ont malheureusement pas laissé de traces, si ce n’est leur nom, le Palais qui est la traduction du mot latin Palatium, ……et ainsi de suite à travers plusieurs orthographes jusqu’au nom actuel : Le Pallet….. la cité d’Abélard.











26 rue Saint Vincent – BP 1 – 44330 LE PALLET - Tél : 02 40 80 40 24 - Fax : 02 40 80 42 48 - E-mail : contact@mairie-lepallet.fr


Horaires d’ouverture de la mairie : lundi, mardi et jeudi 8h30 / 12h30 - mercredi et vendredi 8h30 / 12h30 et 13h30 / 17h00 - samedi 9h00 / 12h00
Horaires d'ouverture du service urbanisme : Lundi : 9h – 12h / après-midi sur RDV - Mardi et mercredi : 8h30 – 12h30 - Jeudi : le matin sur RDV - Vendredi : 13h30 – 17h00
-->